Zosime:McDonald : Le fleuve des dieux

De WikiFiction.

(Redirigé depuis Le fleuve des dieux)
Le fleuve des dieux

par Ian McDonald (auteur), Gilles Goullet (trad.) — Folio SF n°463 (26 septembre 2013) — Denoël (26 août 2010)

--> Biblio:McDonald, Ian
Réagissez à cet article sur Twitter
#McDonald : Le fleuve des dieux
@WikiFiction

Page de Zosime. Le contenu n'engage que son auteur.

Sommaire

Présentation de l'éditeur

Tous les hindous vous le diront, pour se débarrasser de ses péchés, il suffit de se laver dans les eaux du Gangâ, dans la cité de Vârânacî. Et, en cette année 2047, les péchés ce n'est pas ce qui manque : un corps aux ovaires prélevés glisse doucement sur les eaux du fleuve ; des intelligences artificielles se rebellent et causent de tels dégâts qu'une unité de police a été spécialement créée pour les excommunier.

Gangâ, le fleuve des dieux, dont les eaux n'ont jamais été aussi basses, se rue vers un gouffre conceptuel, technologique, évolutionnaire… ou peut-être tout cela à la fois.

À travers le kaléidoscope de neuf destins interconnectés, Ian McDonald dresse le portrait d'une Inde future, mais aussi d'une Terre future, où tout n'est que vertige. Unanimement salué par la critique, Le fleuve des dieux a reçu le British Science Fiction Award, le Grand Prix de l’Imaginaire et le prix Bob Morane.

L'auteur

Né en 1960 à Manchester mais ayant presque toujours vécu en Irlande du Nord, Ian McDonald est un des plus importants auteurs de la science-fiction contemporaine. La parution de chacun de ses derniers romans a été un événement couronné de nombreux prix littéraires.

Plus d'info sur --> Wikipédia

Info et critiques lues / entendues

J'évite de citer ici
les critiques dévoilant l'histoire.
le roman est dense, touffu, foisonnant, complexe, l’intrigue démarre très doucement et l’écriture de Ian McDonald est très précise, très fouillée, détaillée, presque chirurgicale, rendant la lecture parfois ardue. Nul doute que ce livre laissera un certain nombre de lecteurs au bord de la route, mais disons le tout net : il récompensera au centuple ceux qui persévéreront.
...
le récit foisonne d’idées ou de concepts remarquables.
Lorhkan, le 4 octobre 2012
--> Lorhkan et les mauvais genres


Un livre dense, dont le dénouement m' a paru un peu trop ambitieux pour être crédible, mais l'essentiel n'est pas là : l'auteur recrée un monde, profondément humain et proche du notre, tout en nous interrogeant sur notre avenir.
MarieC, le 22 septembre 2011
--> Babelio


Neuf destins pour neuf individus sans lien apparent. Procédé assez classique, dont l'auteur use tout de même avec génie pour constituer une intrigue qui les réunit parfaitement tout en multipliant les points de vue afin d'agrandir les perspectives.
...
texte réussi de bout en bout, qui brasse de très nombreux thèmes, pose de vraies questions et reste surtout totalement cohérent et juste.
Gaëtan DRIESSEN
--> Noosphère

Début

Premières phrases
Le corps pivote dans le courant. À l’endroit où le nouveau pont traverse le Gangâ en cinq enjambées de béton, des guirlandes de branches et de plastique s’accrochent aux piliers tels des radeaux de détritus flottants. Bosse sombre dans les eaux obscures, le cadavre semble un instant vouloir s’y joindre.

L'année où se déroule l'action n'est pas annoncée. Seuls des indices mettent le lecteur (qui n'aurait pas lu la présentation de l'éditeur) sur la voie. Toutefois, il s'agit bien d'une description de l'Inde actuelle.

Un cadavre de femme nue flottant sur le Gangâ. Tout commence tranquillement, comme pour inviter le lecteur à s'installer. Scène présentée comme ordinaire : des gamins tirent la morte sur le rivage dans l'espoir d'« en tirer quelque chose de valeur ».

La dernière mousson remonte à trois ans.
La femme est ouverte du sternum au pubis. Un épais serpentin de boyaux et d’intestins luit dans la lumière venant du chantier. Deux courtes incisions ont proprement excisé les ovaires.
Outils personnels